La progression de la solution azotée inquiète l’UNIFA

Pour les fermes céréalières du bassin parisien, la consommation de la solution azotée progresse très fortement. C’est la solution de facilité, avec des importations à prix très bas, et une logistique simplifiée à l’extrême. Arrivée dans des bateaux de plus de 30 000 tonnes dans les ports de Rouen et Anvers, mais aussi de La Palice, en provenance de pays peu respectueux des normes environnementales européennes (Russie, Egypte, USA, Trinidad..), elle est transportée par camion-citerne et stockée dans les fermes. C’est la plus mauvaise forme d’azote, après l’urée, et la moins efficace pour le rendement et la teneur en protéines. Les producteurs français et européens regroupés à l’UNIFA,  très engagés dans l’amélioration de l’efficacité de l’azote, préconisent l’utilisation des formes d’ammonitrate, qui garantit un revenu supérieur aux agriculteurs, avec des doses d’utilisation plus faibles : les instituts techniques, pour les calculs de fertilisation, compensent les pertes d’ammoniac de la solution azotée par des majorations d’apport de 10 à 15 %.  L’utilisation des ammonitrates permet aussi de se rapprocher de l’objectif de 11.5% pour le taux de protéines, taux plancher qui permet de mieux valoriser la production de blé tendre pour la panification en France t à l’export.

Alors, si l’agriculture veut respecter les plafonds d’émission d’ammoniac des traités internationaux, elle devra diminuer les consommations de solution azotée, qui émet 3 à 4 fois plus d’ammoniac gazeux que les les ammonitrates (EMEP 2013, facteurs européens d’émission).

La tendance est pourtant à la progression : durant la dernière campagne,  2,36 millions de tonnes de solution azotée représentant 36% de l’azote utilisé dans les engrais simples azotés ont été livrées en France d’après la statistique UNIFA. 90% de ce tonnage est importé d’une douzaine de pays différents qui n’ont pas les contraintes environnementales de production identiques à l’Europe.  . La progression de la solution azotée se fait aux dépens des ammonitrates et conduit à apporter plus d’azote que ce qui serait strictement nécessaire.

la-progression-de-la-solution-azotee-inquiete-lunifa

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut