Pour évaluer la qualité du blé, le paramètre le plus important c’est sa teneur en protéines. En dessous d’un certain seuil, le blé ne permet pas de fabriquer du pain et devient alors impropre à la consommation humaine.
Le principal objectif de la fertilisation raisonnée…

Lire la suite

Conférence au Palais du Luxembourg – mercredi 18 septembre 2013 à 14h30

L’agriculture moderne est face à un double défi : nourrir un monde toujours plus nombreux – nous serons 9 milliards en 2025-, et préserver les ressources naturelles. Cette responsabilité historique amène les agriculteurs à inventer les outils, les méthodes et les pratiques qui permettent cette double performance : écologique et économique.

Lire la suite

Les agriculteurs protestent contre la complexité administrative des nouvelles mesures concernant la directive Nitrate et les coûts qu’elles engendrent pour les exploitations.

Mais d’autres conséquences sont à prévoir. Au Danemark la publication d’un communiqué de leur ministre de l’agriculture indique que les règlementations restrictives pour l’utilisation des engrais ont conduit à une perte de 442 millions d’€ en 2012. A l’échelle de la France, cela atteindrait 2,5 milliards d’€ ! […]

Lire la suite

Le gouvernement vient de faire voter la prolongation du crédit d’impôt en faveur de l’agriculture biologique qui est qualifiée de « mode de production agricole non polluant »!

Comme toute agriculture, l’agriculture biologique utilise des ressources: des terres agricoles, de l’eau et des fertilisants, engrais et amendements organiques notamment. En s’interdisant de nombreux produits chimiques mais aussi des produits résiduaires organiques urbains, elle doit faire face à des limites touchant la nutrition azotée et phosphatée des plantes ou le contrôle des mauvaises herbes et des maladies. […]

Lire la suite

Le développement de l’agriculture biologique s’est accéléré depuis le grenelle de l’environnement de 2007 et les aides octroyées de façon permanente à l’agriculture bio au-delà de la période de conversion de deux ou trois ans. Nous sommes passés de 2% de la SAU en Bio en 2008 à 3,5% en 2011 et le gouvernement a annoncé un objectif de doublement à 7% d’ici fin 2017 qui sera supporté par un nouveau plan d’aide attendu au 1er semestre 2013.

Fin 2011, 23 135 exploitations agricoles étaient engagées en agriculture biologique, soit une augmentation de 12,3% par rapport à 2010. Les exploitations « bio » représentaient 4,5% des exploitations agricoles en France.

La superficie en mode de production biologique était de 975 141 ha, dont 699 300 ha certifiés biologiques et 275 841 ha en conversion (28% du total). Les surfaces conduites en bio représentaient fin 2011 plus de 3,5% de la surface agricole en France.

Lire la suite

La France a annoncé le plafonnement à 7% du taux d’incorporation des biocarburants de 1ère génération à la conférence environnementale du 16 septembre. Quelques jours plus tard c’est l’UE qui limitait à 5% en 2020 la 1ère génération en faisant le pari d’un développement rapide de la 2nde génération (à partir de biomasse et déchets ligno-cellulosiques) pour atteindre l’objectif de 10% d’incorporation totale en 2020 prévu dans sa directive de 2008. De plus le gouvernement envisage la suppression dès 2014 de l’avantage fiscal (exonération partielle de la TIPP) accordé aux biocarburants. […]

Lire la suite