Chère Natacha Polony,

Comme de nombreux français nous apprécions votre revue de presse matinale. Elle donne à la fois un bon aperçu de ce que la presse met en avant et, aussi – et c’est là le but de l’exercice – l’envie d’aller plus loin pour lire les articles dans leur intégralité.

C’est donc ce que nous nous sommes empressés de faire après votre revue de presse d’hier, lundi 13 avril, lorsque vous parliez de sols et d’engrais en citant un article d’Atlantico.

Vous nous dites avoir appris dans cet article que « 45% des sols européens sont épuisés par une culture intensive à base d’engrais chimiques ».

Nous avons cherché et recherché, mais pourtant, dans cette interview de Jean-Claude Marcus, administrateur de l’Association Française pour l’Etude du Sol (AFES), les mots « engrais » et « chimique » ne sont pas cités (pas une seule fois !).

Pour l’administrateur de l’AFES – organisme avec lequel nous pouvons travailler ; la fertilisation ne s’opposant pas à la bonne santé des sols ; bien au contraire – la dégradation dramatique des sols européens est avant tout due à l’urbanisation qui les rend imperméables. Nulle part, M. Marcus n’explique que l’apport d’engrais détruit les sols.

Si le sujet vous intéresse, les engrais apportent aux sols et aux végétaux les éléments utiles et nécessaires à la croissance du végétal pour obtenir la qualité et la quantité de récoltes utiles à la filière agroalimentaire. Par exemple, si on supprimait l’apport d’azote (un des trois éléments principaux avec le phosphore et le potassium) dans la culture du blé. La teneur en protéines dans les grains récoltés baisseraient tellement qu’il serait impossible d’utiliser les farines pour en faire du pain ; elles ne seraient plus panifiables et les grains ne serviraient plus qu’à nourrir les animaux des fermes.

 

Même si le lundi matin c’est dur pour tout le monde, vos auditeurs vous écoutent avec attention ;).

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut