Communiqué – Biovitis, chef de file d’une nouvelle agronomie : BPI France finance le projet Mopad

Biovitis, expert reconnu en biotechnologie et écologie microbienne
Spécialisée dans la recherche, la production et la commercialisation de micro- organismes et dérivés microbiens d’intérêt environnemental, agronomique et alimentaire, cette PME du Cantal créée en 2000 est l’un des pionniers de la nouvelle agronomie.

Avril 2014, Biovitis obtient l’autorisation de commercialisation du 1er rhizo- stimulateur d’origine microbienne
Le Cérès (APV n° 1403001) augmente significativement les rendements des cultures en stimulant et enrichissant la vie du sol grâce à ses substances actives, deux souches pures : une bactérie Pseudomonas fluorescens (B177 M 03 08), et un champignon filamenteux Trichoderma harzianum (B97 M 04 08).

Aujourd’hui, Mopad piloté par Biovitis et financé par l’Etat.

  • Mopad, un programme ambitieux de biocontrôle

Mopad (Micro-Organismes pour une Agriculture Durable) est un programme de R&D visant à développer des solutions de biocontrôle avec micro-organismes ou extraits de micro-organismes. Objectif ? Une gamme commercialisable de produits phytopharmaceutiques d’origine microbienne luttant à tous les stades de croissance de la plante contre une maladie du blé d’origine fongique, la fusariose.

  • Un intérêt majeur soutenu par l’Etat

Dans la droite ligne de la loi d’avenir pour l’Agriculture, l’alimentation et la forêt récemment adoptée par le Parlement, l’enjeu de ce projet est la structuration d’une filière de traitements alternatifs aux molécules chimiques.
Un coût total de 9,3 millions d’euros sur 6 ans, financé par la banque publique d’investissement, BPI France, à hauteur de 4,1 millions d’euros, dans le cadre de son Programme d’Investissements d’Avenir.

  • Biovitis renforce sa position de chef de file

Biovitis pilote le projet Mopad, auquel sont associés le groupe Limagrain et deux instituts de la direction des sciences du vivant du CEA. Ce projet a été labellisé par le pôle de compétitivité Céréales Vallée. L’engagement de Biovitis dans ce développement industriel est la résultante d’un savoir-faire unique en microbiologie, 10 ans de recherches (20% du CA est consacré à la R&D) et de lourds investissements à la clé, dont un outil de fermentation industrielle sans cesse renforcé.

Biovitis confirme ainsi sa position de spécialiste sur le marché des intrants microbiens naturels en grandes cultures, et sa place d’acteur européen essentiel dans l’Agroécologie.

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut