Communiqué VNF – Les chiffres du trafic fluvial 2014 : un secteur qui se maintient !

En 2014, le fluvial a su résister malgré un contexte économique global morose. Avec une légère baisse de 2% des tonnes-kilomètres réalisées, le secteur se maintient globalement et voit même se développer  de  nouvelles  filières  porteuses.  Sur  les  10  dernières  années,  le  transport  fluvial  a progressé de plus de 6 %, confortant sa crédibilité en alternative et complémentarité du mode routier.

Au global, en 2014, ce sont 56,7 millions de tonnes et 7,7 milliards de t-km qui auront été transportées par voie fluviale sur le réseau navigable national.
Le commerce extérieur a su se maintenir avec une quasi-stabilité des trafics imports/exports  (-0,3%), alors  que  le  trafic  intérieur  connaît  une  évolution  en  demi-teinte  (-3%)  du  fait  principalement  des tensions observées sur le secteur du transport de matériaux de construction, liées à un marché du BTP peu actif, et sur le secteur du charbon.
« En dépit d’une légère contraction en 2014, le fluvial affiche une relative stabilité au regard de la conjoncture  et en comparaison  avec les autres modes de transport.  La croissance  de trois grandes filières telles que les céréales, la métallurgie et les conteneurs démontre le potentiel de développement de notre secteur. VNF œuvre au quotidien pour adapter ses infrastructures et améliorer son offre de services pour répondre au développement de ces marchés » affirme Marc Papinutti, Directeur général de VNF.

Trois filières porteuses

Les produits agricoles: + 9,4 %
La filière métallurgique: + 10,1 %
La filière conteneurs, colis lourds et véhicules: + 5,1 %

Parmi les filières porteuses, on soulignera la hausse des produits agricoles (+ 9,4 %). En 2014, cette situation est adossée à l’excellente performance des produits français à la grande exportation avec un positionnement stratégique de l’offre logistique fluviale sur ce secteur. Au total, ce sont plus de 14 millions de tonnes transportées au cours de l’année.
Le secteur céréalier représente aujourd’hui le premier client de la voie d’eau en France (31% des t-km).
Le secteur métallurgique  reste sur une croissance positive (+ 10,1%). principalement  portée par le bassin de la Seine (+ 27 %). Il convient de souligner que sur ce secteur, l’activité a doublé depuis 5 ans.
(*)t-km ou tonne kilomètre : unité correspondant au déplacement d’une tonne de marchandises sur un kilomètre

Le trafic de conteneurs enregistre une hausse sensible de ses volumes (+ 5,2 % à 4,8 Mt et 557.000 EVP*)   et  revient   quasiment   à  son  niveau   record   de  2012   (4,9  Mt).  Deux   bassins   profitent particulièrement de cette conjoncture : le bassin rhodanien (+ 22%) et le Nord-Pas-de-Calais (+ 7,4%). Le bassin de la Seine est, quand à lui, en léger recul (+0,8%) dans un contexte de refonte et de baisse de « l’aide au coup de pince », destinée à soutenir les coûts de manutention portuaires des EVP dans le cadre du transport combiné.
*Equivalent Vingt Pieds

Deux filières en recul

La filière charbon : – 35,5 %
La filière matériaux de construction: – 10,8 %

La  conjoncture  difficile  dans  le  BTP  impacte  directement  le  transport  fluvial  de  matériaux  de construction. Les bassins de la Seine (-7,4% en t) et Rhône/Saône (-11,4% en t) sont les plus touchés.
La réduction du trafic de charbon (-35,5%) se poursuit conformément aux prévisions et concomitamment à la fermeture des dernières centrales thermiques utilisant ce combustible.

Structure des trafics en 2014 (t-km) - Source VNF

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut