Crise ukrainienne : quelles conséquences pour notre industrie ?

Le Russie mettra sans doute ses menaces à exécution. Elle de coupera le gaz si l’Ukraine ne règle pas sa facture, comme elle a déjà fait à trois reprises ces 5 dernières années ! Face à cette menace forte, certes en dehors des périodes de fort besoin en énergie comme en hiver, l’Europe vit à l’heure du chacun pour soi.
Au lendemain d’une élection qui a montré la défiance totale des citoyens vis-à-vis des institutions européennes, aucun décideur politique ne semble vouloir s’emparer du problème. Nous avons besoins en Europe d’une politique de l’énergie à l’échelle du continent, pour soutenir une croissance économique atone.
Les priorités sont pour nous évidentes : un marché unique de l’énergie doit se mettre en place, avec des sources d’énergie fossiles sécurisées, des approvisionnements stables et compétitifs pour les industries stratégiques, dont notre secteur primordial pour le développement des filières agroalimentaires. Cette énergie doit être complétée par des énergies renouvelables compétitives prenant en compte toutes les sources disponibles, biocarburants y compris.
Enfin l’innovation doit être fortement encouragée, pour mettre au point des solutions pérennes et efficaces de stockage de l’énergie, peut-être sous forme d’hydrogène dont notre industrie pourrait être un grand consommateur.

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut