Débat d’actualité : quels bénéfices de la fertilisation pour réguler les variations climatiques ?

L’agriculture est responsable de 18% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. C’est aussi la seule activité capable de capter du carbone, pour assurer la croissance des cultures, dans les arbres, et de stocker du carbone dans les sols. Elle est surtout l’activité économique la plus dépendante des conditions climatiques et celle qui souffre le plus des variations extrêmes des phénomènes climatiques.
L’agriculture raisonnée rend plus intensive la productivité à l’hectare. L’utilisation d’engrais minéraux permet de produire environ 80 quintaux à l’hectare, alors que la production sans engrais minéraux ne permet pas de dépasser 50 quintaux. L’agriculture raisonnée permet donc de concentrer la production sur une surface réduite et d’émettre moins de gaz à effet de serre par unité produite. Cette meilleure utilisation des surfaces productives évite de déboiser d’autres surfaces aujourd’hui occupées par des espaces naturels riches en biodiversité et puits naturels de carbone. La fertilisation minérale permet aussi de maintenir la fertilité des sols en apportant à ceux-ci les quantités exactes d’éléments nutritifs que la récolte a emportés.

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut