Taxation des engrais azotés minéraux : injuste, inéquitable et inefficace!

Le gouvernement, à l’issue de la conférence environnementale, envisage une taxation des engrais azotés minéraux.

Cette taxation est injuste, car elle concerne les seuls engrais minéraux alors que les engrais d’origine organique ont un impact comparable sur l’environnement. Ils ont d’ailleurs la même nature chimique, puisque ce sont des composés azotés dans les deux cas. Quelles que soient les motivations de cette nouvelle taxe, elle devra respecter la parité entre les différents apports d’azote.

Cette taxation est inéquitable, puisque acquittée par les seuls agriculteurs français, elle détériore leur compétitivité face à leurs homologues européens. L’activité agricole et agroalimentaire est considérée comme un atout pour la France et ses territoires ; le Ministre devra mesurer les conséquences de cette nouvelle charge pour les agriculteurs.

Enfin, cette taxation est inefficace. Elle a été mise en place par plusieurs autres pays européens, puis abandonnée, son application n’ayant eu aucun effet sur l’utilisation des engrais azotés. Pour mesurer les besoins en azote, les agriculteurs utilisent de nombreuses techniques agronomiques qui les incitent à baisser les quantités d’azote (20% de baisse en 20 ans) ce qui n’a pas empêché une augmentation de la production de céréales et de colza de 30%.

« Produisons autrement » nous demande M. Le Foll, le Ministre de l’Agriculture ! Et bien, l’efficacité de l’azote n’offre-t-elle pas une solution évidente ?

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut