Gaz de schiste : une décision d’arrêt qui remet en cause la croissance verte

Lors de la conférence sur l’environnement, le président de la république a annoncé que les permis d’exploration actuellement valides seraient rejetés et qu’aucune nouvelle exploration n’aurait lieu d’ici à la fin de son quinquennat.

Les gaz de schiste représentent une opportunité de développement économique non négligeable, pour toute une filière : les procédés respectueux de l’environnement n’existent pas encore, nous dit-on, eh bien inventons les ! Les entreprises de l’environnement françaises sont parmi les premières au monde pour le traitement de l’eau et le recyclage des déchets. Créons un pôle de compétitivité autour de cette thématique, faisons travailler ensemble les entreprises et les experts, cela entrainera des créations d’emplois verts qualifiés non délocalisables et au savoir faire exportable. Les USA ont créé 600 000 emplois et attiré des investissements importants dans la filière chimique.

Une autre opportunité politique est la diminution de la dépendance énergétique de la France, et de sa balance commerciale qui en a bien besoin. Nous sommes très dépendants de deux fournisseurs de gaz naturel, la Russie et l’Algérie, ouvrons nous des marges de manœuvre pour un approvisionnement en énergie moins lié aux contraintes géopolitiques.

Enfin, il faut rappeler que le gaz est la ressource fossile la moins émettrice de CO2. Le gaz produit en France pourrait remplacer du pétrole ou du charbon importé. Indirectement cette production locale permettrait de maintenir des unités pétrochimiques et de production d’engrais en Europe et empêcherait les fuites de carbone.

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut