La situation du transport ferroviaire pour le secteur des fertilisants

Les livraisons se font  à partir des principales usines d’engrais azotés en France au nombre de 6, au Benelux, au nombre de 4 et de l’Allemagne à partir du site d’extraction de la potasse. Chacun de ces 11 sites industriels produit en continu des quantités supérieures à 1000 tonnes par jour.

Ces sites ont besoin qu’une partie de ces productions soit acheminée par rail, rames de 1250 tonnes, le transport routier étant beaucoup plus difficile à organiser. Toutefois, cette activité est saisonnière, il peut donc y avoir des fluctuations de trafic au cours de l’année.

Ce fret est donc massifié, et se combine avec le fret des céréales à partir des mêmes embranchements des coopératives et des négociants. Malheureusement, ce n’est pas le cœur de métier pour Fret SNCF, et Fret SNCF annonce avec un préavis très court ses modifications brutales de ses conditions commerciales.

Les conditions suivantes sont donc applicables depuis le 1er Juillet :

  • Augmentation des tarifs de 10 à 15%, qui fait suite à des augmentations de même ordre ces trois dernières années.
  • Obligation d’un nombre de trains identique chaque semaine (1, 2 ou 3 trains toute l’année)
  • Obligation de 45 trains par an sur une liaison fixe origine-destination (avec un peu de flexibilité sur plusieurs points de déchargement répartis dans une région -Champagne Ardennes par exemple).
  • Pénalités de 80 % du prix du service en cas d’annulation d’une de ces expéditions hebdomadaires.
  • Fermeture de sites de déchargement recevant moins de 10 trains par an.
  • Commande ferme à J moins 60 jours.
  • Aucune garantie d’acheminement.

L’ensemble de ces conditions cumulées n’est pas applicable à l’industrie des fertilisants, en particulier du fait de la saisonnalité et des pénalités. Par ailleurs, les coûts sont rédhibitoires. Plusieurs adhérents de l’UNIFA ont maintenant arrêté le transport ferroviaire, et les tonnages transportés par ce moyen vont encore baisser : en 2010, seuls 17% des tonnages ont été transportés par rail (contre 50% 20 ans plus tôt).

En conséquence, les seuls flux qui vont subsister sont des flux sur lesquels Fret SNCF met en place une organisation spéciale qui remplit les conditions :

  • Au départ d’une usine (ou de plusieurs) vers une zone régionale avec plusieurs points de livraisons (autour des plates forme régionales type Dijon, Châlons, Tours, Bordeaux) et un train par semaine.

Au départ du Benelux, suite à un accord avec B-logistics qui amène les trains à Tergnier

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut