Bilan de campagne 2014-2015 des industries de la fertilisation

Légère baisse des livraisons d’engrais et d’amendements minéraux basiques pour la campagne 2014/2015, implication dans l’actualité environnementale et volonté de clarification pour les biostimulants de la plante et du sol.
Lors de sa conférence de presse, l’Unifa annonce un chiffre d’affaires réalisé par ses 50 adhérents en 2014 de 3 milliards d’€, en recul de 3 %, pour un effectif stable de 4120 emplois directs et environ 12 000 emplois indirects.
La campagne 2014/15 marque une légère baisse des tonnages livrés en engrais et amendements minéraux basiques à 12 millions de tonnes ( 1 % par rapport à la campagne précédente). Traduits en éléments nutritifs, il en résulte une hausse pour l’azote (+ 5%), un léger recul sur le potassium (- 2%) et une baisse du phosphore (- 8%) par rapport à la moyenne des trois dernières campagnes.

L’industrie de la fertilisation, acteur clé de la chaîne alimentaire engage durablement :

  • A l’occasion de l’année internationale des sols de la FAO, l’Unifa souligne le rôle clé de la fertilisation pour renforcer les capacités de stockage du carbone par les sols et répond ainsi à l’initiative 4 pour 1000 du Ministère de l’Agriculture.
  • A l’heure de la conférence sur le climat, l’Unifa rappelle que les industries françaises de la fertilisation ont diminué de 75 % leurs émissions de GES et amélioré l’efficacité de la fertilisation azotée de 50 %.
  • En Bretagne, la sortie de 5 bassins versants du contentieux de la directive sur l’eau potable concrétise les efforts portés par l’agriculture pour la préservation de la ressource en eau.

Face à la prolifération du nombre de produits se prévalant d’être « biostimulants » et de leurs allégations multiples, l’Unifa fédère ses membres qui en produisent ou les utilisent dans leur production – produits regroupés désormais sous l’appellation « biostimulants de la plante et du sol ». Elle demande aux autorités la mise en place de mesures évaluatives rapides et efficaces et des contrôles plus fréquents. Constatant la confusion croissante chez les utilisateurs, Gilles Poidevin, Délégué général de l’Unifa déclare « l’innocuité et l’efficacité agronomique doivent être démontrées  ; l’Unifa demande au législateur d’adapter la réglementation à cette évolution du marché ».

La présentation en conférence de presse est consultable ici : Présentation_Conf_de_Presse_UNIFA_20oct2015

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut