Communiqué ORAMA – Les Grandes Cultures françaises : une réponse au changement climatique

A la veille de la COP 21,  ORAMA revendique la prise en compte de la contribution positive du secteur des Grandes Cultures dans la lutte contre le changement climatique.

Une réduction de Gaz à Effet de Serre
Avec 250 Mt de CO2  captés1  par an pour la photosynthèse, les Grandes Cultures sont un des rares secteurs capables de participer à la capture du CO2 à grande échelle.  De plus, grâce au retour au sol d’une partie des pailles, le secteur des Grandes Cultures contribue au stock de carbone existant à hauteur de 2.2 tonnes équivalent CO2 /Ha/an.  Par ces deux moyens, démultipliés par l’augmentation de la production, les grandes cultures contribuent à l’atténuation des effets du changement climatique.

Biomasse et alimentation animale : des contributions également positives
Biocarburants, bioénergies, méthanisation, chimie du végétal sont autant de débouchés assurés par la production des Grandes Cultures qui contribuent ainsi à la réduction des émissions des autres secteurs d’activités en permettant de substituer du carbone végétal au carbone fossile. Il en est de même dans le secteur de l’alimentation animale où les Grandes Cultures mais aussi les légumineuses, tourteaux et drèches, en se substituant aux importations, ont un impact positif  sur la  réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur.

Un double défi à relever
Le secteur des Grandes Cultures devra s’adapter au changement climatique et, en même temps, relever le défi de la sécurité alimentaire, avec une augmentation de 60% d’ici 2050 de la population mondiale. Recherche et Innovation sont la clé pour relever ce double challenge sans mettre en péril le potentiel de production et en intégrant les enjeux environnementaux.

« Le secteur des Grandes Cultures français est prêt à répondre au double défi du changement climatique et de la sécurité alimentaire mondiale. Mais sa contribution impose de produire plus et donc de préparer dès maintenant l’agriculture performante de demain» a déclaré Philippe Pinta, Président d’ORAMA ».

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut