COP 21, l’agroécologie pour améliorer la sécurité alimentaire

L’agriculture mondiale est à l’origine de 11% des émissions de gaz à effet de serre mais la déforestation et la mise en culture de nouveaux espaces contribuent à 10% d’émission supplémentaire due au relarguage important de carbone organique stocké dans les sols et la biomasse des forêts*. A la COP 21, l’agroécologie veut apporter des solutions pour augmenter la productivité des écosystèmes cultivés et pour améliorer leur résilience face au changement climatique.

Accroitre la photosynthèse sur les surfaces déjà cultivés est un moyen de fixer plus de CO2 atmosphérique et d’en laisser une part aux sols pour nourrir l’activité biologique et accroitre le stock de carbone organique (58% de la matière organique). Les solutions : améliorer la fertilité des sols, cultiver deux cultures par an pour ne pas laisser de sol nu, fixer davantage d’azote par les légumineuses mais aussi bien fertiliser l’ensemble des cultures.

L’agroécologie a besoin d’innovations pour aller vers une agriculture de précision utilisant les capteurs pour mesurer l’état nutritionnel des plantes et la variabilité qui existe dans un champ. Capteurs manuels, embarqués sur le tracteur ou sur un drone ou encore sur un satellite, l’offre ne cesse de s’élargir et trouve sa première application dans l’aide à la décision et la modulation de la fertilisation azotée. L’efficacité de l’azote transformé en protéines végétales dans les récoltes peut encore être améliorée avec l’offre d’engrais présentant moins de risques de pertes d’ammoniac ou assurant une libération progressive de l’azote mieux coordonnée aux besoins des plantes. L’industrie est active dans la recherche sur ces produits et sur les services qui les accompagnent pour un usage optimal.

*En France, premier pays pour la surface agricole dans l’UE, l’agriculture est à l’origine de 19% des émissions de gaz à effet de serre mais la croissance forestière et son extension compensent 10% des émissions nationales (effet puits pour le carbone). Source CITEPA, année 2013.

 

Produire plus et mieux
32 % de production en plus avec 18 % d’azote minéral en moins

Article blog  141215 - COP 21, l’agroécologie pour améliorer la sécurité alimentaire

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut