Redonner à la France les moyens de sa compétitivité ! – Point presse de rentrée de la FNSEA

La FNSEA conviait, ce-jour, les journalistes et organismes du secteur pour faire le point sur les grands enjeux agricoles et agroalimentaires.
Hasard du calendrier (bien opportun) ou non, cette réunion suivait l’annonce du nouveau gouvernement. Et si Xavier Beulin n’était pas venu pour commenter la nouvelle équipe Valls 2, les journalistes attendaient bien ses réactions.

Redonner à la France les moyens de sa compétitivité !
Une nouvelle fois, Xavier Beulin a souligné l’urgence du redressement de la compétitivité des entreprises de la filière mentionnant notamment la compétitivité sur les coûts directs. Faisant le constat d’une trop grande nucléarisation des producteurs, il a appelé à une « ambition partagée » pour rendre « les acteurs co-responsables de la chaîne de valeur ».
A l’heure du bilan des moissons céréalières, le président de la FNSEA a souhaité que l’ensemble des acteurs cesse de « se paniquer eux-mêmes » en dramatisant la question de la qualité, rappelant qu’un blé impropre à la meunerie pouvait tout à fait avoir d’autres finalités. Le risque d’envoyer des signaux négatifs aux importateurs étrangers restant bien présent.
Revenant sur les derniers événements, X. Beulin a annoncé demeurer vigilant sur le dumping social de certains pays voisins, dans les fruits et légumes notamment. A propos de l’embargo russe, la FNSEA a saisi le Gouvernement et la Commission européenne. Xavier Beulin a salué la réactivité de Bruxelles, signe que l’Europe considère cette crise avec gravité.
Xavier Beulin s’est dit inquiet du rendu de la Cour de justice européenne sur le dossier de la directive nitrate. Il a indiqué que la nouvelle PAC se traduirait dès 2014 par une baisse des aides avec des résultats négatifs dans les exploitations. La FNSEA sera, par ailleurs, force de proposition sur la Loi de transition énergétique.
Le Ministre Stéphane le Foll a été encouragé à aborder la question de la régulation des marchés lors de sa prochaine réunion à Bruxelles en fin de semaine.

Réactions politiques
L’évolution plus socio-libérale du côté du Ministère de l’Economie va pour lui dans le bon sens, indiquant que la « vision très keynésienne de la France nous dessert et qu’il est temps de redresser les marges ». La question n’étant pas, pour lui, de s’interroger sur les conséquences ou non de la continuité à l’Agriculture mais plutôt de savoir si le gouvernement disposerait de la majorité parlementaire pour appliquer sa politique, précisant qu’ « un pays qui multiplie les Hautes autorités et les instances de tous les côtés est un pays qui n’est plus gouverné. »

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut