L’agriculture et la filière des fertilisants collaborent pour limiter la quantité de phosphore présente dans les sols et dans les eaux

L’ajustement des apports en phosphore aux besoins des cultures évite d’augmenter inutilement la teneur des sols en phosphore, même si cette mesure n’a pas d’effet direct sur le transfert vers les eaux en tant que tel.

La juste prise en compte des apports de phosphore liés à l’élevage et à l’épuration des eaux usées permet de réduire l’utilisation des engrais minéraux. La part du phosphore recyclé par les produits organiques dépasse les 50% de l’apport total aux sols agricoles en France.

La lutte contre l’érosion permet de retenir le phosphore qui est fixé au sol. Les pratiques agricoles qui améliorent l’infiltration de la pluie et les aménagements capables d’intercepter les ruissellements dans les pentes (fossés, haies, bandes enherbées en bord de champs, prairies, etc.) sont des mesures de prévention efficaces pour lutter contre l’érosion et sont largement conseillées.

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut