Diminution des seuils en cadmium dans les céréales

Une révision des seuils en cadmium pour les produits céréaliers est en cours au niveau européen pour l’alimentation humaine. L’objectif est de diminuer l’exposition moyenne de la population européenne pour cet élément trace qui peut s’accumuler dans le foie et les reins au cours de l’existence. Le seuil serait divisé par deux pour le blé tendre passant de 0.20 à 0.10mg/kg de grains et ramené à 0.15mg/kg de grains en blé dur et pour les sons.

Une enquête menée sur plusieurs années par Arvalis montre que 5 à 10% de la production actuelle de blé dur dépasserait le nouveau seuil et risquerait d’être déclassée vers des usages non alimentaires. Il existe une très grande variabilité liée aux sols, à l’année et aussi aux variétés qui n’est pas encore bien comprise.

Parallèlement, le groupe de travail sur les critères d’innocuité se réunira à Bruxelles le 20 avril pour définir des seuils concernant au moins six élément-traces dont le cadmium dans la future réglementation européenne élargie à l’ensemble des matières fertilisantes. Même si le lien n’est pas établi entre le cadmium apporté au sol (fertilisants, effluents d’élevage, retombées atmosphériques) et le cadmium prélevé par les plantes, il existe une forte pression en Europe pour diminuer les seuils et protéger une population de plus en plus âgée considérée comme plus exposée à ce risque

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut