Réaction au communiqué « Face aux défis alimentaires, sanitaires et environnementaux mondiaux, développons l’agriculture biologique » de Philippe EVEILLARD (Responsable Pôle Agronomie, Environnement et Statistiques de l’Union des industries de la fertilisation)

La généralisation de l’Agriculture Biologique (AB) présenté comme LA solution pour une alimentation durablement assurée et un environnement protégé entrainerait une baisse de productivité des productions végétales en Europe. L’AB s’interdit l’utilisation de l’azote minéral fourni à partir de l’air et de l’hydrogène. Pourtant cet azote est un élément nutritif indispensable aux plantes pour produire des protéines végétales à la base de la chaine alimentaire allant jusqu’à l’homme. Même si on recycle mieux nos déchets organiques ce qui est souhaitable pour maintenir la fertilité des sols, on n’aura pas assez d’azote à fournir aux plantes pour produire en quantité les protéines végétales dont nous avons absolument besoin.

Alors que l’Europe dépend déjà le plus des autres continents pour se nourrir, elle verrait sa production divisée de moitié en céréales avec la généralisation de l’AB et dans l’obligation d’importer davantage. Poursuivre dans le sens d’une extensification de la production n’est pas responsable et entrainerait une aggravation de la dépendance alimentaire sans bénéfices pour l’environnement à l’échelle mondiale. Faudra-t-il détruire des forêts ou des savanes tropicales ailleurs pour se donner la bonne conscience de produire BIO en Europe ?

Lire le Communiqué de Presse

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut