Conférence de presse annuelle de l’UNIFA le 22 octobre 2013 animée par Thierry Loyer et Gilles Poidevin


 
 
L’UNIFA fait des propositions pour le maintien de la compétitivité de la filière agricole et agro-alimentaire en France.

Le chiffre d’affaires réalisé par les 50 adhérents de l’Unifa en 2012 est de 2.95 milliards d’€, pour un effectif de 4047 emplois directs et environ
12 000 emplois indirects.

La campagne 2012-13 marque un léger recul pour l’azote (-1%), peu de changement sur le potassium (+2%) mais une augmentation significative du phosphore (+11%) par rapport à la moyenne des trois dernières campagnes. Cette progression résulte d’une prise de conscience de l’effet du phosphore sur l’installation précoce des cultures et leur productivité après des dizaines d’années de faibles apports. La progression du soufre (+10%) s’explique par un hiver prolongé et un printemps pluvieux avec un risque élevé de carence.

La valeur neutralisante mesure la capacité des amendements basiques (chaux et carbonates) à réduire l’acidité des sols. La quantité totale de VN est stable par rapport à la moyenne des trois dernières campagnes, mais en baisse de 9% sur 2012 à cause du printemps pluvieux qui a gêné les épandages.

Ces 11.1 millions de tonnes de fertilisants minéraux et organo-minéraux livrés en France, complétées par des apports organiques, ont permis de produire 75.1 millions de tonnes de céréales et d’oléo-protéagineux, des fruits et légumes et des fourrages.

L’industrie de la fertilisation est un acteur clé de la chaîne alimentaire vers l’homme.
Nos propositions pour le maintien de la compétitivité de la filière :

  • Stabilisation de la fiscalité pour une meilleure visibilité à moyen terme pour les industries (TICGN, TGAP, TICPE, TIPP…).
  • Majoration de la TVA sur les engrais et amendements limitée de 7% à 10% pour tous les fertilisants organiques et minéraux.
  • Moratoire sur l’Écotaxe Poids Lourds car elle est particulièrement pénalisante pour le coût des produits alimentaires français.
  • Maintien d’une concurrence loyale en déplaçant la taxe Carbone aux frontières de l’Europe et non pas de la France.
  • Amélioration et simplification des procédures de mise sur le marché en France pour permettre l’innovation.

 
 
Téléchargez le communiqué de presse
Téléchargez le support de présentation
Téléchargez le rapport d’activité 2012/2013

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut