L’Unifa reçoit Xavier Beulin dans le cadre d’un petit déjeuner du Networking & Business Club le 14 février 2012

Intervention de Xavier Beulin, président de la FNSEA

Xavier Beulin est intervenu dans le cadre d’un petit-déjeuner du Networking & Business Club à l’Assemblée nationale ce mardi 14 février 2012 sur le sujet suivant : concilier compétitivité et développement durable : un enjeu pour l’ensemble de la filière agricole.

Xavier Beulin a, en premier lieu souligné que la filière agricole n’était pas qu’une seule composante mais qu’il fallait y inclure l’agrofourniture et l’agroalimentaire.

Contrairement aux idées reçues l’agriculture, l’agro alimentaire, la pêche et la forêt représentent un poids économique très important soit 240 milliards d’euros de chiffre d’affaires (2,5 fois le secteur automobile) et 3,5 millions d’emplois directs (source INSEE en 2009) soit 15% de l’emploi total. L’agriculture est donc un secteur très porteur pour faire face à la crise.

Dans le cadre du G20 version 2011 la sécurité alimentaire était au cœur des discussions internationales avec 3 décisions :

  • Mettre en place d’un système d’information sur les marchés agricoles (AMIS) ;
  • Produire plus et mieux ;
  • Repenser la gestion interannuelle pour avoir des stocks tampons et éviter une gestion à court terme.

La PAC, elle sera étroitement conditionnée par les décisions sur le budget de l’Union Européenne . La réforme proposée par la commission devrait quant à elle entrer en vigueur au 1 janvier 2014.

Plusieurs points de discussion :

  • Une volonté très forte de verdir la PAC : c’est-à-dire conditionnaliser les soutiens à des mesures coercitives et contraignantes telles que le retrait de 7% de terres arables par exploitation ou l’obligation de pratiquer au mois 3 cultures ;
  • La problématique de la gestion de marchés : quels seront demain les outils d’intervention communautaire pour gérer crises et risques ?

Xavier Beulin invite l’Etat à se mobiliser sur la compétitivité de l’agriculture française. Il suggère de transférer la part familiale des charges patronales vers la TVA « car seule la baisse du coût du travail nous fera regagner cette compétitivité que nous avons perdue alors que nous étions le leader européen ».

Il aborde également les relations difficiles entre l’agriculture et l’environnement et propose une écologie responsable, raisonnée (rigoureuse et scientifique) et concertée « nous avons des outils et des moyens pour sortir des schémas classiques ». Il demande que soit reconnue la diversité de l’agriculture française et précise que le bio et le circuit court ne sont pas les seules alternatives. Il incite la compétitivité p au développement de la compétitivité par le coût du travail, l’innovation et la recherche.
Xavier Beulin précise qu’il serait temps que l’on reconnaisse que l’agriculture, avec son amont et son aval, est un secteur économique à part entière.
L’amont et l’aval doivent avoir des relations plus contractuelles et matures et s’affranchir de l’Etat afin que les décisions soient prises entre eux et non par un tiers.
A la question « dans le monde agricole sommes-nous toujours intéressés par des producteurs locaux ? » Xavier Beulin répond qu’il est difficile d’avoir des approches trop segmentées. L’idée de laisser les grands pays produire pour tous est obsolète, il faudrait créer des sous-ensembles mondiaux qui incluraient synergies et complémentarités.

Pour conclure on ne peut dissocier croissance durable et stratégie. Il faut rassembler le plus grand nombre. L’innovation est trop souvent refusée au monde agricole. Il est très difficile de faire cohabiter la diversité et les clichés. Nous devons donc nous efforcer de mieux communiquer sur les pratiques agricoles auprès du grand public.

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut