L’UNIFA présente les résultats de l’étude « Fertiliser les cultures pour améliorer la santé des hommes »

Chaque année la malnutrition frappe 2 milliards de personnes. L’International Fertilizer Industry Association (IFA) et l’International Plan Nutrition Institute (IPNI) ont commandé une revue scientifique sur le lien entre l’usage des fertilisants et la santé des hommes. L’Union des industries de la fertilisation (UNIFA) présente la version française de la synthèse de cet examen complet de l’état des connaissances en la matière.
 
L’UNIFA a souhaité traduire la synthèse des travaux de recherche commandés par l’IFA et l’International Plan Nutrition Institute (IPNI) qui établissent un lien évident entre le désastre mondial de la malnutrition et les carences des sols en nutriments principaux et oligoéléments. Cette étude remarquable est un examen complet de l’état des connaissances dans le domaine complexe de la santé des hommes et de l’usage des fertilisants. Dans la plupart des cas, une carence en éléments observées dans les sols se prolonge par une carence de ces mêmes éléments dans les fruits des cultures et par enchaînement chez l’animal et chez l’homme.

La fertilisation enrichie, l’arme contre la malnutrition
Pour Gilles Poidevin, délégué général de l’UNIFA, « la sécurité alimentaire a trop longtemps été réduite à l’accès à une quantité suffisante d’aliments, cette étude marque un tournant majeur aujourd’hui, celui de la prise en conscience de la « faim invisible », c’est à dire la malnutrition liée aux carences en éléments nutritifs. » Des milliards de personnes, particulièrement dans les pays en voie de développement, souffrent de ce phénomène. Ces carences en éléments principaux et oligoéléments ont bien souvent un lien avec la plupart des maladies chez l’homme. Cela concerne d’abord le fer, le zinc et l’iode, mais des carences en sélénium et en fluore sont également répandues. « La fertilisation enrichie en oligoéléments est une solution simple, abordable et durable contribuant à éradiquer les carences au niveau mondial, en particulier, en ce qui concerne le zinc le sélénium et l’iode » explique Charlotte Hebebrand, Directeur Général de l’IFA.
 
Des infographies pour convaincre
Visant à alerter les décideurs politiques et économiques de cette solution offerte par la fertilisation, les infographies mettent en évidence les améliorations majeures apportées aux rendements, à la santé des animaux et l’alimentation des hommes par un simple apport d’oligoéléments aux engrais traditionnels.
 
Il était devenu primordial d’accroitre les connaissances sur la nutrition à l’échelle des pays pour pouvoir concevoir une action mondiale ciblant les zones méconnues où la faim invisible perdure, cette étude  révèle, aujourd’hui, à quel point les engrais peuvent jouer un rôle crucial contre la malnutrition.

Téléchargez le communiqué
Téléchargez la synthèse
Téléchargez l’infographie « Les 16 nutriments nécessaires à la plante pour mieux nourrir les animaux et les hommes »
Téléchargez l’infographie « Les carences en oligoéléments frappent les individus de tous les continents »
Téléchargez l’infographie « Les pays mettent en œuvre des partenariats fructueux pour développer une fertilisation riche en nutriments »

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut