Marché des engrais

ESTIMATIONS 2011+ 5 % en volume
L’activité a été marquée par un accroissement des volumes de production sur l’ensemble l’année suite à une croissance de la demande. Au total, la production française a progressé de +5% en volume, avec cependant des disparités selon le secteur : la production d’engrais azotés simples, n’a progressé que de +2% tandis que celle plus marginale des engrais composés –potassiques et phosphatés– a augmenté d environ +7% (le niveau atteint restant toutefois inférieur a celui d’avant la crise de 2008).
La récolte 2010/2011 a été bonne avec des prix soutenus.
La demande mondiale en engrais reste soutenue, tirée principalement par l’Asie (Inde et Chine).
Les prix des composés azotés et dans une moindre mesure ceux des phosphatés et potassiques se sont maintenus à des niveaux élevés tout au long de l’année .En fin d’année, les cours des engrais azotés et des potassiques et phosphatés étaient respectivement de 40% et de 10% à 15% plus élevés de l’année précédente.

PREVISIONS 2012+2,5% en volume
Le niveau des surfaces agricoles progressera d’environ 1% pour les céréales .L’utilisation des engrais indispensables (produits azotés) augmentera faiblement.
La consommation d’engrais composés, phosphatés et potassiques, qui avait progressé en 2011, augmentera encore légèrement en 2012.

Les nouveaux investissements sur les engrais azotés (urée et solutions azotées), ont commencé à produire en 2011 tout en accusant un certain retard suite à des problèmes de mise au point. Lorsqu’ils seront résolus, la capacité de production augmentera légèrement. En revanche de nouvelles capacités ne sont pas prévues à moyen de terme. Les investissements répondront uniquement à une mise aux normes environnementales et aux réductions d’émissions des gaz à effet de serre des installations existantes (dans la perspective de mise en place des taxes carbone au début de l’année 2013).

Les prix, pour tous les types d’engrais resteront à un niveau élevé, soutenus par une forte demande mondiale .Les prix des engrais azotés sont aujourd’hui déconnectés du prix du gaz, et de la production ouest-européenne est compétitive.
Les stocks de début d’année sont quasi nuls et il e devrait pas y avoir de restockage massif

Source : Perspectives sectorielles françaises – LCL – Janvier 2012

Cet article vous a plu : partagez-le !

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut